AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Sam 24 Sep - 18:04

- Quivira -



*
Xytllali a écrit:
Et toi, tu en penses quoi ? et pourquoi les habitants d'Olintla devraient t'en vouloir ? Qu'as-tu dis de si déplaisant ?

Elle rit doucement en posant ses questions.
Il rit à son tour en singeant son air plus sérieux.

Je me suis tellement enflammé sur ce sujet quand il est arrivé sur la place publique... J'ai peur de faire croire aux habitants d'Olintla que j'en ai personnellement après eux... Rassures-toi, ce n'est pas le cas. Il n'y a rien d'autre dans le pulque que... euh... bah du pulque hé hé hé.

Il ne pouvait s'empêcher de rire de sa propre passion dès que le sujet de la capitale lui revint en tête. Il se leva pour aller resservir son invité un bol de doux élixir, lorsqu'il vit arriver toute de orange vêtue une silhouette pas encore familière mais pas pour autant inconnue.

Geios a écrit:
Ayyo! Frère Quivira, je viens répondre à ta charmante invitation!
- Tlatoane Geios, Bienvenue Very Happy... C'est un vrai plaisir de te voir ici ! Et je vois que tu n'es pas arrivée seule.

Il acceuille avec un énorme sourire les jarres de pulque et de... agua... il ne connaît pas encore mais se fera un plaisir d'y goûter. Pas le temps d'aller tremper son nez dans le goulot de la jarre qu'un autre invité se présente déjà.

Quivira reconnu, armé d'un panier de fruit, Usumatinca. Encore une fois il s'agissait plus d'une rencontre de passage que d'une véritable connaissance, mais c'était bien là tout l'intérêt de ce dîner. Rencontrer de nouveaux visages et les rendre familiers. Il le vit murmurer quelque chose avec Geios et entreprit de l'inviter à son tour.


Usumatinca je présume. Cela fais plaisir de te rencontrer enfin... Venez donc vous installer, je vais allumer un peu d'encens pour chasser les moustiques.

Aussitôt dit aussitôt fait. Tous s'installèrent alors autour de la natte, tandis que Quivira partit servir un bol de pulque à chacun de ses invités. Mais tandis qu'il va le leur tendre et commencer les présentations, quelqu'un de plus familier se présente à nouveau à l'entrée de la hutte.

- Vavitu, c'est un plaisir de te revoir. Je vois que tu connais déjà Usumatinca...

Il entreprit alors de présenter chacun de ses convives, mais s'emmêla très vite les pinceaux.

- Oh non, je suis vraiment désolé. Je n'aurais pas du commencer avec le pulque aussi tôt dans la soirée hé hé hé. La prochaine fois, je crois que je mettrais des petites étiquettes sur la natte avec les noms de chaque invités dessus, comme pour un premier jour de rentrée au Calmenac. Il ne put s'empêcher de rire à cette idée et relança très vite la soirée. En attendant que d'autres nous rejoignent, je vous en pris servez-vous en nourriture, et maestro... MUSIQUE !

Les musiciens ne se firent pas prier, et entamèrent immédiatement avec leurs flûtes et leurs tamtams un air dansant aux résonances très étonnantes, une musique qui sonne exactement comme ça.

[hrp]C'est dingue ce que l'on peut faire avec deux tamtams et une flûte...[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 11:53

- Rootsman -



*
Roots en passant au calpulli, comme il le faisait régulièrement, sa fonction lui imposait, vit l’annonce mise pas Quivira.
N’ayant pas eu encore le temps de répondre à sa précédente invitation, il n’hésita pas. Il termina sa tache au calpulli et se rendit chez lui.

Il y pris une petite jarre de son meilleur pulque, le doux nectar de sa fabrication, et la chargea sur son canoë, habitant lui aussi près du lac.
Il pagaya, enchanté de pouvoir enfin se libérer et rencontrer quelques habitants chez Quivira.
Il s’approcha de la demeure, grande batisse restaurée qu’il avait déjà repéré sur les bords du lac et accosta.

Il pouvait déjà y entendre flûte et tamtams, s’approcha, suivant le son de la musique pour y trouver l’entrée. Une fois fait, il entra et vit que déjà quelques habitants se trouvaient là.


Niltzé à tous ! Je suis heureux de voir qu’Ahuili sait se retrouver quand il s’agit de faire la fête. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Roots, habitant d’Ahuili et votre humble serviteur en tant que Calpullec. En les saluant.

Il s’approcha du maître des lieux, déjà bien occupé par la bonne tenue des festivités.

Niltzé Quivira, en souriant.
J’ai enfin pu me libérer, je n’aurais raté pour rien au monde ton invitation. Quoique, peut être une seule femelle aurait pu m’y inciter, mais elle a du se rendre au temple pour remercier les dieux. Je me demande d’ailleurs de quoi ? Toujours en souriant.

Je t’ai amené cette jarre de mon meilleur cru. En lui tendant.
Gardes la bien au frais, tu la dégusteras tranquillement lors de tes soirées solitaires au bord du lac…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 11:54

- Quivira -



*
La fête commence à battre son plein, lorsqu'un clapotis d'eau en provenance du lac alerte les convives de l'approche d'un canoë. Tous alors se penchent vers la terrasse pour voir arriver le calpullec d'Ahuili sur sa fidèle embarcation.

Il rejoint ainsi les convives armé d'une bonne jarre de pulque.


Rootsman a écrit:
Niltzé Quivira,

J’ai enfin pu me libérer, je n’aurais raté pour rien au monde ton invitation. Quoique, peut être une seule femelle aurait pu m’y inciter, mais elle a du se rendre au temple pour remercier les dieux. Je me demande d’ailleurs de quoi ?

Je t’ai amené cette jarre de mon meilleur cru.

Gardes la bien au frais, tu la dégusteras tranquillement lors de tes soirées solitaires au bord du lac…

Il reçoit avec plaisir la jarre de Roots - décidément il ne manquera pas de quoi boire - puis l'invitant à se joindre à eux, ne résiste pas au plaisir de saisir le potin en plein vol.

Une femelle ? Voyez-vous ça... C'est que j'ai entendu dire qu'il s'en passait de belles en ce moment au lac Rolling Eyes Laughing .

Les discussions jusqu'à présent étaient plutôt sérieuses, tournant autour de la nouvelle capitale ou des réformes économiques à venir. Mais le pulque libérant peu à peu les inhibitions de chacun, le ton devint très vite plus familier. Quivira parla alors très vite de son passé d'enfant esclave à Tototlan, de ses souvenirs du verger.

Ah je me souviens d'une fois où j'avais tenté d'aller cueillir les fruits sur l'une des branches les plus hautes sans échelle. Je suis retombé vers le sol aussi vite que j'avais grimpé sur cet arbre, et je ne serais probablement pas là aujourd'hui si je n'avais été sauvé... par mon pagne qui s'est subitement accroché à l'une des branches, ralentissant ma chute. Seulement arrivé au sol, plus de pagne... J'ai dut rentrer à la hutte de mon maître avec une simple poignée de feuilles pour cacher ce que je devais cacher. Et vous savez ce qu'il m'a dit en me voyant arriver ? "Aaah ces jeunes, avec leur nouvelles modes..." Laughing .

Allez, je suis sûr que d'autres ici ont de bonnes histoires à partager..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 11:54

- Rootsman -



*
Citation :
Une femelle ? Voyez-vous ça... C'est que j'ai entendu dire qu'il s'en passait de belles en ce moment au lac
Oh tu sais, il ne faut pas croire tout ce que l’on raconte. Mais je crois que tu dois avoir une belle vue sur le lac, de ta terrasse ? en souriant.

Il alla se servir un bol de pulque, laissant Quivira à ses histoires passées et s’approcha d’une femelle qu’il ne connaissait pas mais qui avait l’air importante.
(Geios)

Niltzé, je m’appelle Roots. Je ne t’ai jamais vu ici, tu es d’Ahuili ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 11:55

- Geios -



*
Que de monde! Elle avait à peine le temps d'en saluer un qu'un autre arrivait. Ho ho, et que d'hommes aussi! Si elle n'était pas en deuil et très légèrement enceinte, elle se serait bien laissée aller à séduire un peu... Twisted Evil

Usumatinca a écrit:
Niltzé, je ne savais pas que tu étais invité aussi a son dîner.

Tzé Usumatinca! Je ne risquais pas de rater ça, c'est une si belle occasion d'oublier un peu la politique et les responsabilités. On en oublierais presque que je reste une femme des fois.

Quivira a écrit:
Tlatoane Geios, Bienvenue... C'est un vrai plaisir de te voir ici ! Et je vois que tu n'es pas arrivée seule.

Tlazo de ton accueil. Je vois qu'il y a déjà de l'animation, belle soirée en perspective, félicitations. Very Happy

Le laissant accueillir les invités qui continuaient à arriver, elle salua les uns et les autres, souriante. Elle se dit qu'il allait lui falloir se remettre à sortir un peu, c'était si agréable!

Rootsman a écrit:
Niltzé, je m’appelle Roots. Je ne t’ai jamais vu ici, tu es d’Ahuili ?

Ho! Tzé Roots! Nous nous connaissons par colibri interposés à vrai dire...

Elle lui sourit, ravie de le rencontrer en chair et en os, et le salua gracieusement.

Je suis Geios, et je suis surtout enchantée de te rencontrer enfin. Je suis de Tototlan, mais j'avoue que n'y passe guère de temps malheureusement.

Oui la soirée s'annonçait décidément charmante. Se laissant emporter par la bonne humeur ambiante, elle tapotait du pied sur le sol en rythme avec la musique, tout en sirotant un peu du pulque qu'il n'avait pas fallu l'inviter deux fois à prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 11:56

- Rootsman -



*
Roots la regarda.
Ah Geios, c’est toi, enchanté de pouvoir enfin faire ta connaissance.
En effet, il n’y avait que mon perroquet qui te connaissait
. En souriant.
J’avais appris ta venue à Ahuili, je ne pensais pas te voir ici, Quivira a fait les choses en grand.Ca ne m'étonne pas de lui.
J’espère que nos échanges perdureront, en toute cordialité.
Je vois qu’il y aura bientôt un petit Geios, félicitations
.
Il la salua, comme on saluait une femelle de son rang puis alla se resservir un bol de pulque, apparemment, il avait pris du retard.
Il essayait de prendre part à la fête, mais ses pensées retournaient souvent sur sa belle indienne. La fête aurait été plus belle si son tribun préféré avait été là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 11:57

- Quivira -



*
C'est au final un véritable défilé de personnalités et de caractères qui anima Ahuilizapan ce soir là. Xytllali et Usumatinca avaient amené avec eux une passion digne de guerriers aigles, le tout justement contrebalancé par la douceur et l'humilité de la très discrète Miluy et du prêtre Vavitu, qui apporta de temps à autre un peu de spiritualité dans les discussions en cours. Quivira eut surtout une véritable révélation au contact de Geios et de Roots. Ne connaissant vraiment ni l'une ni l'autre, il s'était plutôt méfié d'eux par le passé, s'abstenant même de voter aux élections provinciales, et supportant Lessa contre Rootsman à la tête du Calpulli. Mais alors que le dîner touchait à sa fin, ayant eu l'occasion de vraiment les connaître, il n'était plus du tout méfiant... il était convertis.

La soirée compta bien sûr quelques absents qui pesèrent un peu sur son coeur, comme Lessa et Elma , ses deux premières vraies rencontres au sein de la province qui n'avaient malheureusement pas put se joindre à eux. Mais l'étrange alchimie entre les guerriers, les religieux, les artisans et les politiques réunis autour de ce repas, donna à ce dîner une saveur particulière.

Tandis que la réserve de pulque sembla illimitée, les plats de chacun se vidèrent peu à peu et la lumière des torches s'atténuant avec la soirée, Quivira décide de porter un toast, et lèva son bol de pulque devant l'assemblée.


Frères et soeurs cuauhatèques... *hips*... oups pardon. Je voudrais tout d'abord saluer -

Invité surprise de dernière minute, Tlaloc déversa soudain une pluie torrentielle sur les infortunés convives. Dans la cohue générale, chacun tenta alors d'attraper ce qu'il pouvait, avant de s'abriter sous le toit de la cuisine, dans un éclat de rire général.

Ce fut pour tous le signe de la fin de la soirée. Chacun se donna l'accolade et l'embrassade, se promit de rendre visite à l'occasion ou de se réunir à nouveau dans une autre localité, et enfin trouva son propre moyen de retrouver son logis sans trop être mouillé.

Quivira resté seul savoura alors quelques boutons de Peyotl en guise de dessert, tout en contemplant le spectacle de cette pluie nocturne dessinant une brume magique sur la surface du lac. Il n'eut pas eu le temps de récupérer les torches plantées à l'extérieur de la hutte, et peu à peu elle s'éteignirent chacune à leur tour. Tant pis pour le désordre, il aura bien le temps de s'en occuper demain avec le retour du soleil.

Il est temps pour lui de rejoindre sa couche, et de mettre un point final à la dernière page de son dîner presque parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 11:57

- Lessa -



*
Alors que la nuit est déja bien avancée et que les festivités semblent avoir pris fins Lessa arrivent sur les lieux. Elle a laissé les peluches en compagnies d'Eldoriath, le guerrier protecteur veilleraiet avec les deux jeunes fauves sur la progéniture de la grande pretresse.

La pluie bienfaitrice accompagne la femme. Aska, la jaguare noire précède Lessa entrant dans la demeure ou le calme regneet le désordre, la pretresse la suit sans un bruit arrivant finalement non loin de Quivira. Celui-ci semble totalement ... "Fatigué" ?

Un sourire se dessine sur les levres de la grande pretresse dont le visage reste dans les ténèbres de sa capuche. Aska emet un leger grondement avertissant le male humain de sa présence.

Lessa elle, observe la réaction de l'homme a la présence du jaguar noir. Ne révélant pour l'instant pas sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 11:58

- Quivira -



*
Une lumière radieuse pénètre sa petite chambre, et la chaleur câline du soleil réveille Quivira. Il ne reconnaît plus ses vêtements... Oublié le pagne au tissu rêche, il est enveloppé dans un long voile de coton blanc, au doux parfum d'encens. Dehors, le rire joyeux d'un groupe d'enfants joueurs enveloppe la hutte. Il se lève, se dirige vers sa terrasse, et attends le coeur battant l'arrivée de l'amour personnifié sur son canoë. Le voile de coton glisse lentement sur sa peau huilée, et les rires continuent de chanter à son oreille "hihihi huhuhu".

Quivira, dans tout le triomphe de sa nudité éclatante, voit alors arriver l'objet de ses désirs. Et tandis qu'un beau jaguar albinos vient ronronner à son oreille, le canoë vient accoster sur la rive, et le coeur battant la chamade, son membre viril commençant déjà à se raffermir, il accueille son amour dans une embrassade érotique.


Oh, j'ai attendu ce jour depuis si longtemps. Je veux être à toi, juste à toi, rien qu'à toi... ici et maintenant. Fais de moi ton esclave, et prend tes droits sur mon corps... Oooh Rootsman !

Il enferme alors son homme entre ses bras, tandis que le grondement de l'animal blanc s'intensifie... Mais il va arrêter oui ce jaguar ?
    ~ ~ ~

La lumière et les rires... tout disparaît. Quivira se réveille au milieu de la nuit. Son pagne au tissu rêche est toujours là, Rootsman lui à disparus... ROOTSMAN ??? Houlala, beaucoup, beaucoup trop de pulque hier soir. Il s'apprête à se relever lorsque le grondement félin se raffermit de plus belle. Face à lui, un jaguar noir - bien réel lui - le fixe du regard. Quivira est figé dans son silence... terrorisé.

Lentement il approche sa main d'un silex pour se défendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:49

- Lessa -



*
Lessa observe Quivira, nul doute que l'homme a consommé du peyotl. Tout dans sa posture l'indique, l'odeur légère qui parvient aux narines de Lessa ne fait que la renforcer dans ses avancées. Alors que Quivira ouvre les yeux, la pretresse étudie son regard... Ses pupilles dilatées. Sans préparation les voyages de l'esprits pendant une transe ou un rève peuvent etre dangereux... Léger froncement de sourcils de la pretresse alors qu'elle descend le regard sur Quivira elle revient sur le regard dilaté et légèrement anxieux de celui qui se réveille et ... préfère ignorer le reste. Oui ... Certaines transes avaient l'inconvénient d'être plus que réelle, sentiments, pulsions ... Et le corps de Quivira en portait les séquelles sous son pagne dressé. A vrai dire ... Il était aussi probable qu'il reve a un amant ou une amante mais elle en doutait fortement. Ou peut etre est tout simplement qu'elle espérait que cela ne fut le cas.

Lessa émet un leger rouler de gorge, ressemblant a s'y méprendre a un ronronnement pour rappeler Aska a son coté. Alors que la jaguar noir se détourne de l'homme pour revenir a elle, le roulement de gorge se mue : le ronronement devenant un grognement, sourd, menacant... Mise en garde a l'homme afin qu'il laisse tomber son arme.

Elle ne prononce pas un mot repoussant dans un premier temps les pans de sa cape laissant voir a sa taille les lames sacrificielle d'onyx et d'obsidienne étoilée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:50

- Quivira -



*
Ce n'est plus contre le seul jaguar qu'il doit maintenant se défendre, mais également contre une maîtresse à l'aspect menaçant. Qu'elle n'ait ni hache ni massue, cela aurait peut être rassuré une victime bien moins prévenante que Quivira, mais lui n'était pas dupe : si son agresseuse n'hésitait pas à lui présenter ces deux seules lames de pierre en guise de menace, c'est probablement parce qu'elle savait très bien s'en servir pour faire autant de dégât qu'une arme bien plus encombrante.

Que faire ? Au vue de son état encore affecté par les excès de la nuit, de son armement ridicule, et du fait que son assaillante bloquait la seule entrée de la petite chambre où il se trouvait, ses chances de remporter un combat frontal était inexistante. Il réfléchit vite et se tint prêt à agir. Sa seule chance ? Foncer droit vers son agresseuse et la bête qui l'accompagne, en espérant les faire basculer en arrière, et lui ouvrir ainsi la voie vers l'extérieur de la chambre, où ses moyens d'action seront déjà un peu plus nombreux.

Ses muscles se tendent. La main saisit la natte dont il va user comme de bouclier. Il est prêt à bondir...

Un soudain rayon de lune éclaire une silhouette, qui malgré l'absence de visage lui semble familière.


... Lessa ?... Est-ce que c'est toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:50

- Lessa -



*
Le grondement cesse alors qu'elle leve la main et ote sa capuche. révélant pleinement son visage a Quivira. Elle lui sourit.

- Oui ... c'est bien moi. Et j'ose te déranger en plein reve... Plaisant d'apres ce que je vois.

*Nouveau sourire moqueur alors qu'elle s'avance et s'accoupis a coté de lui.

- je te présente mes excuses, je n'ai pu me joindre a la fete plus tot. A vrai dire je réfléchissais a mon devenir. Me demandant si mon coeur et mon sang ne serais pas ... Mieux aupres des Dieux.

Elle se tais avant de reprendre, la nuit fidele alliée aidait a dicter la vérité.

- Mais je suis finalement là. Et toi ? Comment s'est déroulée ta fete ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:51

- Quivira -



*
Il sourrit à la remarque de Lessa, tout en relachant son silex aussi vite qu'il l'avait saisit. Il ne fit pas grand chose pour masquer cette quasi nudité qui faisait rire la dame. Ce n'était point là la marque d'une quelconque vulgarité de sa part. Il n'avait juste ni honte sugérée ni fierté particulière pour ce corps sculpté par le travail d'esclave, et le traitait comme un autre vêtement pour sa petite âme cuauhatèque.

Je suis tellement ravi que tu sois là Lessa. Lorsque je ne t'ai pas vu arriver au dîner, j'ai bien eu quelques inquiétudes. Mais te voilà de retour, c'est tout ce qui compte.

La fête a eu son petit succès et nous nous sommes bien amusé. Il me reste encore beaucoup de nourriture à partager. As-tu eu le temps de manger ? Je peux te réchauffer quelque chose si tu le veux.


Il se relève et s'étire, réarrange ses long cheveux noirs comme la terre fertile, et renoue son pagne correctement.

Je comprends les alléas de ton coeur. Je fais partie de ces chanceux qui sont arrivés à Ahuilizapan avec le renouveau de l'animation, mais je n'ai pas oublié dans quel état était ma pauvre Tototlan lorsque je l'ai quittée. Le cycle des Dieux affecte peut être nos émotions bien plus que nous ne le voudrions.

Il eut un petit pincement au coeur en pensant à Tototlan, mais balaya très vite cette idée. Il se refusait à abandoner son esprit festif si vite. Il change alors le sujet vers un autre qu'il lui brûle déjà d'aborder, et tandis qu'il approche une main hésitante de la jaguar pour tenter de la caresser, craignant sa réaction, il demande à Lessa.

Comment est-ce possible ? Tu as un jaguar apprivoisé ? Et noir en plus ? Ils sont si rares, je n'en avais jamais vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:52

- Lessa -



*
Lessa l'écoute et lui sourit. Non, elle n'a pas pris le temps de manger. Cela fait d'ailleurs plusieurs jours qu'elle ne l'a pas fait. Sauf si l'on ommet pas pulque et peyotl necessaire a certaines cérémonies et a la clairvoyance de l'esprit ou des sens.

- Non, je n'ai pas encore mangé mais ne te dérange pas pour cela. Je tenais simplement a profiter un peu de ta présence.

La jaguar elle a simplement suivit, restant au coté droitde la grande pretresse. D'elle n'émane pas une once d'agressivité. Alors que l'homme tend la main vers elle, la jaguar tourne la tete pour fixer sa main.
Lessa sourit et prend la main de Quivira dans la sienne, la présentant au félin qui vient la renifler.


- Aska n'est pas apprivoisée, je ne suis pas sa maitresse. Elle est ma compagne ... Comme sa mère avant elle, je l'ai aidé a naitre et nous sommes inséparable. Elle et ses petits sont ... De ma famille. Elle est ma soeur ses petits sont comme les miens et mes enfants sont les siens.
Aska incline légèrement la tete, Lessa sourit et dirige la main de Quivira derrier les oreilles du fauve.

- Elle adore qu'on la gratte ici... Elle te fais confiance et elle sait deja ou te trouver.

Comme elle le faisait avec Nascas. Le coeur de la pretresse se sert en sa poitrine en repensant a son compagnon, guerrier aigle dont elle avait elle meme offert le coeur aux Dieux. Sacrifice ultime alors qu'elle venait juste d'accoucher. Oui il y a des jours ou le passé prend bien plus de poids. Les pertes qu'a subbit tout a tour la femme l'ont marqué. Elle s'est retiré du monde des hommes, n'etant que l'ombre de ce qu'elle est. Pourtant la venue de Quivira marquait un changement, sa venue et le réveil de plusieurs de ses freres et soeurs de clans. Mais ... Ceux qui avaient été la pendant toutes ces années etaient cette fois-ci ... Ailleurs...

Lessa secoue la tete et ote sa main de celle de Quivira, le laissant a loisir faire connaissance avec la jaguar.


- Sur ses deux petits, l'une est noire, l'autre a une étrange livrée. Mais ils sont tout deux magnifiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:53

- Quivira -



*
Il est subjugué par la beauté de la bête. A première vue, sa couleur mystérieuse est ce qui fait tout son apparat, mais en caressant le pelage félin, il découvre l'élégance racée de sa musculature, la majesté incomparable de ses courbes sportives. L'animal fier et sauvage révélait une nature noble et bienveillante. Il ne fallait pas se fier aux apparences... un peu comme avec sa compagne humaine.

Quivira découvrait ainsi une autre Lessa. Il connaissait la prêtresse sage et indulgente, qui veillait maternellement sur le bien-être de son clan. Il entrevoyait maintenant la femme, digne mais blessée, indépendante mais seule, marquée par une tragédie dont il ne connaissait le secret. Une humaine qui pourrait préférer la compagnie des bêtes à celle des hommes.

D’un geste naturel il lui ressaisit la main, en signe d’amitié.


Tu as vraiment de la chance d’être aussi bien entourée, mais quelque part je pense que tu le mérites de toute façon.

Il lui sourit, puis son esprit s’assombrit en un instant. Est-ce l’effet du peyolt qui réveille sa conscience ? Il ne le sait pas vraiment.

Lessa, il y a quelque chose qu’il faut que je te dise… Je suis un esclave…. un… un esclave affranchis. Je venais à peine de regagner ma liberté à la mort de mon maitre lorsque je suis arrivé à Ahuilizapan et que nous nous sommes rencontrés. Je suis désolé de te l’annoncer comme cela, de manière si dramatique, mais je ne sais pas… tu es pour l’instant ce que j’ai de plus proche d’une amie, et j’ai l’impression que ne pas te parler de mon passé serait bien trop malhonnête de ma part. Je n’en ai pas honte, c’est ce que je suis…

Il a un moment d’hésitation, pendant lequel il capte un fragment de son reflet dans la lame d’obsidienne de la prêtresse. Son visage et son apparence sont bien les mêmes certes, mais il ne se reconnait plus dans ce reflet. Quelque chose a changé en lui depuis qu’il a quitté Tototlan. Il n’est pas encore l’homme qu’il devrait être. Mais il déjà est entrain de le devenir. Son sourire revient.

Non… Ce n’est pas ce que je suis. C’est ce que j’étais.

Il fixe intensément sa compagne, espérant ainsi qu’en lui ayant ouvert les portes de son passé, il allait l’inviter à en faire de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:54

- Lessa -



*
La pretresse sourit étudiant tout la fois le fauve et l'homme. Il était rare qu'Aska se laisse ainsi approcher. Alors que la main de Quivira vient se saisir de la sienne, la femme réprime un mouvement de recul. Ses yeux noisettes, presque noir sous la faible lueur de la lune se posent sur Quivira. Elle plonge son regard dans celui de l'homme. Si Aska lui fait confiance elle peu le faire elle même.

Les pensées se bousculent un instant, l'effet du jeune de plusieurs jours conjugué au différente drogue et au dons d'eaus précieuse qu'elle a fait la rende... Etrangement faible. Jamais cela ne s'est produit. Mis a part...

Lessa fronce les sourcils sous la pensée qu'elle vient d'avoir. Se pourrais t'il que Quivira ai le don d'ubicuité, la double vue dont seuls certains pretres et shaman peuvent s'énorgueillir. Don incommensurable mais terrible responsabilité. Elle en sait quelque chose. Elle revient au présent et l'écoute, son regard toujours plongé dans celui de compagnon. Elle lui sourit, sa main se levant pour caresser du revers la joue puis la machoire de l'Azteque.

- Nous sommes tous esclaves de quelques choses. La liberté s'aquiert et tu a gagné la tienne. Tu es un homme libre Quivira et promu a un brillant avenir.

Un sourire nostalgique et un regard qui se perd un instant dans les brumes du passé elle poursuit alors a voix plus basse. Presque un murmure.

- J'aimerais tellement pouvoir te dire ce que je suis. Mais cela fait une éternité que je ne ... Suis plus vraiment vivante. Mes fonctions... Sont ce qui m'ont maintenu en vie. J'ai eu des jumeaux, dans le peuple de ma mère les Tolteques... Nous considérons cela comme un don a chérir, pour d'autres ... L'un des jumeaux doit être offert en sacrifice afin de remercier les Dieux. Mon compagnon a donné sa vie, en temps que guerrier Aigle afin que nos deux enfants puissent conserver la vie. J'ai moi meme plongé la lame d'obsidienne dans sa poitrine et en ai oté le coeur.

Elle se tais un instant avant de reprendre et de donner la véritable raison, celle qu'elle n'avait encore jamais osé avouer.

- En fait ... Nascas ... avait d'autres raisons. En devenant grande pretresse il savait que nous ne pourrions nous unir par un mariage. C'est ainsi en Tlaxcalla... C'est ainsi chez nous... Meme si cela va changer dans les prochain mois. Si j'avais renoncé a la pretrise, au clan ... Il serait toujours aupres de moi. Puis ... Il ya le fait que nous soyons polygame, notre amour a été exclusif, trop ... fusionel. J'ai mis fin a ma vie le jour ou j'ai oté celle de mon compagnon mais bien avant le jour ou j'ai suivit l'appel des Dieux.

Elle revient au présent et sourit a Quivira.

- Mais ... Pour la premiere fois depuis maintenant trois années je revis. Toi petit homme qui a gagné sa liberté tu a sut me montrer qu'on pouvait vivre et non survivre a son passé. Et ... Je t'en remercie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:54

- Quivira -



*
A la caresse de Lessa sur son visage, il rayonne, dans un soudain mélange d'émotions confuses. La sensualité et la douceur du geste réveille son émoi, tandis que les révélations de la belle affectent son empathie. Sa vie d'esclave n'a pas été rose tous les jours. Il y a eu l'abandon parental, le dur apprentissage fait à coup de baguette, l'humiliation de la condition... Mais les malheurs endurés par la jeune femme sont d'un tout autre niveau. Plus grandes les responsabilités, plus dures les blessures.

Il écoute donc la dame lui exposer les douleurs de son passé. Les images lui apparaissent à l'esprit les unes après les autres. La passion première, la naissance surprise, le poids de la charge religieuse, le terrible sacrifice final. L'histoire de l'amante s'entrelace avec celle de la prêtresse, et à l'esprit de Quivira tout devient plus clair. Il comprends son dévouement insensé à sa province, et il comprend l'étrange communion entre la prospérité de l'une et les émotions de l'autre. Le coeur de Lessa bat dans la terre de Cuauhtochco, son sang en sont les rivières, son esprit habite celui des oiseaux. C'est sans doute ce qui distingue la Grande Prêtresse de l'homme. Il vit pour Cuauhtochco... Elle est Cuauhtochco.

Il veut la saisir dans ses bras, et pleurer avec elle sur les affres de son histoire, mais il se ressaisit. Ce n'est pas le rôle qu'elle a choisi pour lui. Il n'est pas là pour éponger la peine. Il est là pour tourner la page.


Lessa a écrit:
- Mais ... Pour la première fois depuis maintenant trois années je revis. Toi petit homme qui a gagné sa liberté tu a sut me montrer qu'on pouvait vivre et non survivre a son passé. Et ... Je t'en remercie.

Il sourit.

Et moi je te remercie Lessa, parce que ce clan qui est si cher à mon coeur, cette province que je fais peu à peu mienne... tout cela ne serait pas ce qu'ils sont, sans le travail que tu as accomplis ici. Je ne me serais peut être pas établis ici si ce n'avait été grâce à toi. Le clan se fane puis il revit. La province s'éteint, puis elle renaît de ses cendres. Le soleil disparaît puis il revient au jour nouveau... Et si le maintien de ce cycle n'est pas le fait de nos prêtres, qui en serait responsable ?

Il ne résiste pas a l'envie de recarresser la jaguare. La douceur de son pelage est un véritable délice. En un instant, il recapte une nouvelle fois son reflet dans l'obsidienne, et la même idiote idée lui revient en tête. Ce reflet dans le miroir, ce n'est plus lui. C'est l'ancien lui. L'esclave. Mais cette fois-ci ce n'est plus avec nostalgie qu'il médite sur ce fait, mais avec le désir d'agir enfin pour corriger ce qui doit être.

Il brise donc sans appel la solennité du moment, et engage Lessa sur un ton un peu plus trivial.


Tu sais quoi Lessa ? Il est vraiment temps que moi-aussi je mette un peu le passé derrière moi. Regarde-moi cette apparence. Je suis exactement le même homme que j'étais il y a déjà 10 ans. Il faut que je fasse quelque chose pour régler cela, et je vais avoir besoin de toi pour le parfaire.

Sans mise en garde, il saisit alors le silex qu'il pointa auparavant contre elle. D'un simple geste de son autre main, il saisit au vol la courbe de ses cheveux, les réunit en une seule bride, et d'un coup sec, tranche toute la longueur de sa chevelure. Il tend ainsi à la prêtresse et la mèche et le silex, puis inclinant sa tête il lui dit.

Il est temps que je range au placard mon apparence un peu trop sage. Je serais très honoré si tu acceptais d'être l'artisan de ce nouveau visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:55

- Lessa -



*
Quivira a écrit:
Et moi je te remercie Lessa, parce que ce clan qui est si cher à mon coeur, cette province que je fais peu à peu mienne... tout cela ne serait pas ce qu'ils sont, sans le travail que tu as accomplis ici. Je ne me serais peut être pas établis ici si ce n'avait été grâce à toi. Le clan se fane puis il revit. La province s'éteint, puis elle renaît de ses cendres. Le soleil disparaît puis il revient au jour nouveau... Et si le maintien de ce cycle n'est pas le fait de nos prêtres, qui en serait responsable ?

Lessa sourit aux paroles de Quivira, les dernières lui confirment ce qu'elle a vue de lui. La sagesse et l'ouverture d'esprit necessaire a celui qui est appelé a servir les Dieux. Peut etre n'en prendra t'il jamais conscience, peut etre ne suivra t'il jamais cette voix. Elle ne fera rien pour l'influencer il ferait aussi un excellent shaman ou un politique soucieux de sa province et de ses clans.

- Tes paroles sont justes Quivira, mais la vérité même si on la connait a besoin d'être rappelée même au plus haut.

A nouveau Aska se laisse faire, acceptant le contact de l'humain s'allongeant au sol. Sa respiration calme souléve son flance de manière régulière et profonde alors que son regard vert se pose sur Quivira. La pretresse sourit suivant du regard l'évolution des gestes de l'humain et de la bête.

Le geste rapide de Quivira se saisissant de sa lame de silex surprend la pretresse. Elle réprime un sursaut et pose son regard sur le visage de l'homme. Ses yeux cherchant ceux de Quivira. Elle le regarde faire couper la meche de sa longue chevelure et suit sa chute du regard.


Quivira a écrit:
Il est temps que je range au placard mon apparence un peu trop sage. Je serais très honoré si tu acceptais d'être l'artisan de ce nouveau visage.

La femme se saisit avec délicatesse de lame de silex, ses doigts venant effleurer ceux de l'homme. Caresse douce, légère a la magie aérienne. Le contact est rompu presque aussitot qu'il est crée mais laisse un sensation étrange a Lessa, comme un vide qui demande a se combler. Elle secoue la tête et se redresse afin de se glisser dans le dos de Quivira.

- Merci pour cette confiance, et c'est toi qui m'octroie l'honneur de pouvoir le faire.

Elle leve la lame et l'une apres l'autre les meches de l'homme tombent au sol, le couvrant d'un voile noir et soyeux. L'habitude fait que Lessa ne met que peu de temps a effectuer la coupe. Régulière ... Et pas trop courte. Alors que la nuque de Quivira est a présent dégagée, Lessa se penche et dépose un baiser sur celle-ci. Baiser qui se veux amicale plus qu'autre chose. Le remerciant de sa confiance. Puis elle recule, troublée par ce qu'elle vient de faire mais... Elle n'avait aucune envie de ne pas suivre son envie. Elle se redresse a nouveau et prend la main de Quivira pour y déposer le Silex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Lun 3 Oct - 17:56

- Quivira -



*
Un léger frisson le parcourt au contact des lèvres de Lessa sur sa nuque, et encore une fois la même confusion dans ses émotions. Il y a du désir bien sûr. Qui n'en éprouverait-il pas en pareille situation ? Mais il y a aussi autre chose, une familiarité d'esprit, une sorte de communion d'âme. Quivira connaît les règles. Elle est Grande Prêtresse, il n'est que Macuealli. Sa seule présence ici en pleine nuit, la désinvolture de sa requête auprès d'elle... tout est déjà allé trop loin. Et pourtant rien ne semble exagéré.

Il se relève, caresse sa nuque à l'endroit du baiser, puis parcourt sa nouvelle chevelure du bout de ses doigts, faisant connaissance avec sa nouvelle personne. Il se retourne ensuite vers son amie, et avec un petit geste théâtral, le sourire au coin des lèvres, il s'incline devant elle :


- Et voilà... Le nouveau Quivira, prêt à vous servir Very Happy . C'est tellement étrange, je n'ai jamais eu les cheveux aussi court de ma vie.

Il ne peux plus s'arrêter de les toucher. A l'excitation du nouveau look s'ajoute celui des nouvelles expectatives qui s'annoncent, du changement de vie qui s'approche. Une nouvelle fois, les lumières commencent à danser dans la hutte. Quivira a toujours eu ses étranges visions d'ombres qui apparaissent aux coins de l'oeil, de lumières qui semblent se mouvoir d'elle même - un peu comme tout le monde se dit-il - mais cette fois-ci le peyolt semble accentuer sa transe, et l'espace d'un instant, d'un très court instant, quelque chose est en lui, quelque chose "autre" prononce à son esprit les mots qu'il a lui-même le désir de prononcer. C'est de sa voix et d'une autre voix qui n'est pas tout à fait la sienne, qu'il lui dit.

- Tu es vraiment une fidèle amie Lessa. Ne doute pas que tu ne seras jamais laissée seule. Plus jamais...

Puis un léger vertige le rapelle à la réalité.

- Houla, je crois vraiment que j'ai besoin d'un peu de repos. Il rit, un peu géné par se propos. Veux tu rester ici pour la nuit avec ton amie féline ? Je peux vous accommoder quelque chose dans la pièce adjacente. Elle est tout aussi confortable que celle-ci, si ce n'est plus en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Mar 4 Oct - 21:54

- Lessa -



*
Lessa sourit, retenant un accès d'hilarité en voyant faire Quivira. Sa manière de passer et repasser sa main dans ses cheveux fraichement coupés, l'expression de son visage. Bonheur quasiement enfantin. Puis un changement se fait sur le visage de celui-ci.

A nouveau les pupilles de l'homme se dilatent. C'est a la fois la femme et la grande prêtresse qui l'observe. Inquiétude et satisfaction. C'est ensuite la stupeur qui vient frapper la grande prêtresse alors que Quivira s'exprime d'une voix dont le timbre et l'intonation ne sont plus vraiment les mêmes. Stupeur que la femme parvient parfaitement à masquer. La succession de sentiments et d'impressions a fait se dissiper l'hilarité de Lessa. Sumaika ... Celui qui avait été son frère, son jumeau, son ... Lui qui avait été choisit par le Dieu et la Deesse de la Juméléité... Comme lui a cet instant, Quivira semble avoir noué contact avec ...


Quivira a écrit:
Houla, je crois vraiment que j'ai besoin d'un peu de repos. Veux tu rester ici pour la nuit avec ton amie féline ? Je peux vous accommoder quelque chose dans la pièce adjacente. Elle est tout aussi confortable que celle-ci, si ce n'est plus en fait.

Malgrés le rire que l'homme à la femme s'inquiète. Et il lui offre le prétexte de pouvoir veiller sur lui cette nuit. Si bien qu'elle lui répond d'une voix douce d'ou nulle trace d'inquietude ne transparait.

- J'accepterais avec plaisir ton invitation. Mais ta natte est suffisante pour deux, ne te dérange pas. Je n'ai nullement envie de dormir seule... Ne te méprend pas... Même si tu es séduisant et que j'avoue tenir a toi tu ne craint rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Mar 4 Oct - 22:17

- Quivira -



*
Il sourit au compliment, et lui répond par le geste, en l'invitant à prendre place sur la natte. En d'autres circonstances peut être, l'intimité de la situation l'aurait peut être poussé à insister son invitation, mais quelque chose chez Lessa lui inspirait confiance et familiarité. Il la laisse donc s'installer et s'allonge à ses côtés, lui offrant une longue couverture tressée pour se garder de la fraîcheur de la nuit, tandis qu'il utilisera lui même une autre large pièce de tissu.

Hé bien Lessa, je te souhaite une agréable nuit, et que les dieux veillent sur tes rêves Very Happy.

Il se tourne vers la jaguare.

A toi aussi Aska... Et s'il te plaît, ne me mange pas dans mon sommeil Laughing .

Il ne pouvait s'empêcher de s'amuser un peu de cette situation incongrue, et s'endort avec l'agréable pensée que peut être, l'une et l'autre prolongeraient leur séjour dans la hutte, pour quelques jours, une semaine, et pourquoi pas pour plus longtemps ? La famille n'est-elle pas le rêve absolu de celui qui a grandit sans ses parents ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Mer 5 Oct - 8:46

- Lessa -



*
La pretresse s'allonge, esquissant un sourire à la question de Quivira a Aska. Celle-ci en réponse dressent un peu plus ses oreilles pour l'écouter.

- Ne craint rien même si elle apprécie la viande humaine elle ne s'en prendra jamais a toi.

Sur ces paroles, Lessa ferme les yeux. Sa main venant se poser sur le flanc de Quivira. Le sommeil n'est pas long a venir pour a femme épuisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Mar 11 Oct - 8:28

- Quivira -



*
Il sent l’étreinte maternelle de Lessa, mais ne s’en défait pas. Plongeant à son tour dans un sommeil profond, bercé par la respiration du félin, il ne tarde pas à retourner sur les traces de son tout récent rêve. Les rires enfantins sont de retour, et la lumière perce toujours à travers l'entrée de la petite chambre. Il est de nouveau drapé de blanc, tandis que Lessa - toujours allongée à ses cotés - est maintenant vêtue d'atours magnifiques faits de plumes exotiques et de bijoux somptueux. Aska également a de nouveau troqué sa noirceur d'obsidienne pour un blanc éclatant, et Rootsman est réapparu, caressant tendrement l'animal qui ne se fait pas prier.

Au premier regard qu'il lui lance, le coeur de Quivira s'emballe en un rythme insensé. Jamais dans la vie du jeune homme, il n'avait éprouvé de sentiments aussi intenses pour l'un des membres des deux sexes. Pas plus n'avait-il éprouvé autre chose qu'une fière amitié pour le calpullec, avant cette rencontre onirique. Cet embrasement soudain ne fait donc aucun sens, comme la passion n'en fait rarement d'ailleurs, et l'ancien esclave - se glissant hors de l'étreinte du sommeil - s'approche lentement de l'objet de son désir. Rootsman laisse alors la jaguare retourner à son repos, et guide son amant vers la terrasse chérie.

Quivira est subjugué par sa beauté, et le contact de sa peau contre la sienne enflamme son corps. L'intensité délirante de cet amour se diffuse à travers chacun de ses membres comme un venin mortel. Il s'abandonne complètement à lui. Le calpullec ne dit mot. Il se retourne face à lui, et comme il le faisait avec l'animal, commence à caresser les cheveux de son soupirant revenus à toute leur longueur. Quand soudain, sans un mot, il saisit la crinière et d'un coup de griffes invisibles la tranche en un coup sec. La chevelure ainsi libérée disparaît dans les airs en autant de petites flammes noires, et Quivira recule aussitôt sous l'effet de la surprise. Ses cheveux ont retrouvé leur nouvelle coupe fraîche, mais le charme s'est rompu instantanément. Il observe alors son compagnon sans comprendre ce qu'il vient de se passer. Mais le visage de Rootsman lui n'affiche aucune stupéfaction. Au contraire, un sourire fin - presque machiavélique - éclaire alors son visage, tandis qu'il regarde à travers le petit miroir d'obsidienne qui vient d'apparaître autour de son cou. Quivira se penche à son tour, et y retrouve le reflet fantôme qui l'a hanté quelques minutes auparavant. Mais l'apparition se trouble tout d'un coup pour laisser voir un autre reflet, plus vibrant encore que le premier. Celui de Quivira, en haut des marches d'un temple, le visage recouvert de noir. Il s'agenouille, saisit une lame sacrificielle, et la plonge dans son torse, arrachant son propre coeur encore battant.

Le calpullec laisse échapper un rire sournois et victorieux, tandis que l'ancien esclave est saisi par l'effroi à la vue de ce spectacle. Et tandis qu'il recule pas à pas, le décor autour de lui se met à disparaître. Le lac, instantanément, se vide de ses eaux, ne laissant que mort et désolation derrière lui. Herbes, fleurs, arbres... tout se fane et dépérit. La hutte tombe en cendre, tandis qu'une violente tornade éloigne Lessa et Aska hors de vue. Le soleil lui-même se met à saigner et à fondre, avant de s'abattre sur la terre en une pluie de détritus. Rootsman n'est plus. Une bête hideuse et terrifiante a pris sa place. Un monstre gigantesque, un homme-jaguar noir comme la nuit, fait maintenant face à Quivira. L'apparition est terrifiante. Armée de la tête aux pieds, elle est prête à bondir sur sa proie. Mais notre homme une nouvelle fois ne se laissera pas vaincre sans un combat. Il se jette en arrière en direction de son ancienne chambre, saisit la lame d'obsidienne qu'il y avait abandonné, et défit soudainement la bête prête à le dévorer.


Je ne te crains pas... Tu m'entends ?... JE NE TE CRAINS PAS !!!

Le monstre saute, gueule ouverte, et tout est fini... Quivira se retrouve de nouveau sur la terrasse. Ses vieux habits sont de retour. La hutte, le lac, Lessa endormie dans la chambre... tout est là. Mais il n'a pas quitté le rêve, et il le sait. Face à lui, son assaillant le toise avec un sourire satisfait. Il a de nouveau pris l'apparence de Rootsman, mais son accoutrement trahis maintenant une autre identité. La couronne de plumes de caille qui encadre sa chevelure. Les bandes jaunes et noires qui maquillent ses yeux et sa bouche. Le miroir d'obsidienne de nouveau accroché autour de son coup. Comment Quivira ne pourrait-il pas reconnaître Tezcatlipoca, le dieu de la nuit, de la sorcellerie, de la discorde et de la tentation... le dieu des esclaves. Est-ce vraiment le teotl ou un simple usurpateur ? Il ne le sait, et dans le doute, se refuse à s'incliner devant le divin.

Qui es-tu, et que me veux-tu ? lui lance-t-il sans autre forme de politesse.

La vision ne répond pas, mais se contente de lui sourire à nouveau, non plus avec la méchanceté et la vilenie de la bête, mais avec la bonté et la bienveillance de l'amant. Quivira est désarçonné. Son coeur se contracte à nouveau. Et un écho improbable lui renvoie ses propres paroles.


quI ES-tu, eT QUe me veUX-Tu ?

Quivira tout d'abord ne comprends pas. Mais le sourire insistant de son associé réveille sa réflection. La question vient-elle de lui être renvoyée ? Il tente donc de répondre à l'étranger.

Je suis Quivira, et je ne sais ce que je te veux.

Toujours aucune réponse, mais une brise se lève soudainement, et rabat de nouveau l'écho de ses paroles. Un écho bien plus étrange que le premier.

je sAIS quiVIRa, et JE Suis CE Que tU VEux.

Le coeur de l'esclave bondit en entendant ses paroles. ll ne résiste pas au désir d'avancer de nouveau vers l'homme, d'approcher une main de sa peau, de le toucher pour voir s'il existe vraiment. Mais la chaleur intense qui émane de son corps lui fait abandonner le projet, et Quivira s'agenouille immédiatement devant lui. Confus, perdu, il ne sait plus quoi penser. Mais comme un serpent creusant son chemin à travers son esprit, les idées s'acheminent à lui peu à peu. La soudaine présence de Lessa, ici en pleine nuit. L'étrange reflet de l'obsidienne l'incitant à changer de vie. Et ce rêve, ce rêve plus fort que la nature. Est-ce là le fait de l'invisible ? Est-il entrain de guider sa destinée ? Il ose une dernière fois s'adresser à la divine présence.

Pourquoi ?

Mais le divin à nouveau se contente de lui sourire, et l'écho semble l'inciter à trouver lui-même la réponse.

pouRQUoi ?

Le dieu jaguar s'approche alors enfin de l'homme, le regardant comme le créateur regarde sa création, et pose soudainement sa main sur la poitrine de Quivra. Son coeur rayonne, et le rêve s'efface aussitôt en un dernier écho.

a biENTôt peTIT homME... a biENTôt.

Quivira se réveille enfin pour de bon. Il est toujours sur la terrasse, mais l'apparition a disparru. Lessa et Aska dorment encore dans la petite chambre. Il n'ose les réveiller. Alors sans faire de bruit, il range les restes de la nuit, redonne à sa hutte son apparence première, et laisse une note à la prêtresse, l'invitant à rester ici aussi longtemps qu'elle souhaite. Il ajoute qu'il la retrouvera plus tard au temple, pose une pierre sur le mot pour éviter qu'il ne s'envole, et quitte la hutte alors que le soleil commence à se lever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Sam 15 Oct - 20:24

- Quivira -



*


Je suis venu te dire que je m'en vais

Quivira venait de passer quelques jours de méditation et d'étude au Grand Temple de Cuautochco, et reprenait maintenant la route d'Ahuilizapan, le coeur enjoué à l'idée de retrouver les plaisirs de sa hutte. Mais arrivé à quelques pas de l'entrée du clan, il apperçut au loin la route qui menait à Tototlan, cette même route qu'il avait emprûnté quelques mois auparavant, fuyant les souvenirs de sa vie passée d'esclave.

La réminescence de sa discussion avec Lessa se réveilla soudain dans son esprits, et sans vraiment y réfléchir il s'était tout d'un coup retrouvé sur le chemin de son clan de naissance. Il ne voulait y passer que quelques jours, histoire d'y raviver un peu sa mémoire. Il savait comme beaucoup de cuautochtèques que le clan était livré peu à peu à l'abandon, qu'il n'y avait rien à y trouver si ce n'est solitude et désolation. Mais tandis qu'il parcourrait les ruelles désertes du village dépeuplé, reconnaissant ici l'entrée d'une hutte, là un chemin qu'il a parcourut enfant, une vérité aussi cruelle qu'insidueuse apparut soudain à son esprit.

Quivira aimait Ahuilizapan. Il aimait de tout son coeur ce clan qui lui avait permit de recommencer une nouvelle vie, de guérir toutes les blessures du passé. La vie aux bords du lac apportait chaque jour son lot de joies et de délices. Il y avait trouvé sa première propriété, le seul endroit où il pouvait enfin se sentir chez lui. Son coeur battait pour Ahuili... mais le sang que ce coeur pompait était tototlanèque.

Il n'avait pas eu que des souvenirs heureux dans ce clan de naissance. La vie à Tototlan était une dure existence de labeur et de survie... rien qui ne puisse être comparé aux plaisirs d'Ahuilizapan. Mais tandis qu'il retourne à son clan chéri, Quivira sait que le destin l'appelle à nouveau. Cette vie de jouissance était la plus douce et la plus tendre parenthèse qu'il ait eu le bonheur d'expérimenter, mais son devoir est auprès de Tototlan. Il ne peut plus continuer à l'ignorer.

Alors qu'il arrive ce jour-là à la porte de sa hutte, il se rend compte que Lessa n'y est plus. Il prépare donc seul ses affaires pour un nouveau départ. Qu'adviendra-t-il de cette bâtisse ? Il ne le sait. Peut être que Tototlan n'a encore que quelques mois à vivre. Il sera alors ravi de pouvoir y revivre à nouveau. Mais pour le moment il est temps de faire ses adieux. Ses quelques effets sont accrochés au dos d'un lama loué pour l'occasion. Il retourne sur la terrasse une dernière fois et ferme les yeux. Il tente d'inscrire le bruit des vagues, le parfum de l'eau, au plus profond de sa mémoire.

Un dernier coup d'oeil en direction de sa hutte, et il part, sans se retourner.

Adieu Ahuilizapan. Je ne t'oublierais jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quivira
Admin


Messages : 95
Date d'inscription : 17/09/2011

MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   Mer 2 Nov - 9:02

- Quivira -



*
Lorsqu'il revint ce jour là sur le site de sa hutte, Quivira eut l'impression étrange que rien n'avait vraiment changé. Bien sûr, la batisse était complètement vide, et la poussière avait remplacé les éclats de vie qui animaient cette cali. L'homme n'était là que pour une nuit seulement, accompagnant à Zoquiapan le jeune élève tlaxcaltèque dont il avait désormais la charge. Mais il savait que revenir à Ahuilizapan, et plus particulièrement ici, au bord du lac, réveillerait quelque chose en lui de très mélancolique.

Comme pour la toute première fois où il posa son bagage au clan du phaéton, il s'apprêtait à venir camper ici, à l'abri des murs de cette jolie architecture. Mais il ne s'agissait plus d'une ruine anonyme désormais. Il s'agissait de sa propre hutte, abritant encore les souvenirs de sa douce vie ahuilizapatèque. Il pourrait céder à la tristesse, mais il n'en serait rien. Quivira n'avait rien à regretter du choix qu'il avait fait. A force de travail et d'espoir, Tototlan était enfin sur la voie de la renaissance. Un miracle, comme une fleur printanière venant percer à travers les neiges de l'hiver.

Mais pour une nuit seulement, il allait enfin se replonger dans les délices d'Ahuilizapan. Humant l'air depuis la hauteur de sa terrasse chérie, il invita son petit protégé à s'approcher.


Alors jeune Nukak... Comme tu le vois, ma situation ici était un peu différente de celle Tototlan où je dors encore chez Geios n'est ce pas Laughing !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hutte de Quivira - Je suis venu te dire que je m'en vais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Je suis venu te dire que je m'en vais....
» Je suis venu vous dire que je m'en vais....
» Je me suis laissé entendre dire...
» ....je suis venu vous dire......
» ca y est je suis venu a bout de la transformation de ma R65!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Hutte de Quivira :: Du Blabla et des Souvenirs :: Archives du Forum Officiel-
Sauter vers: